Defiscalisation en ligne - Je calcule

C'est la loi la plus populaire en 2019 : Achetez et louez votre logement neuf à des particuliers.

Cette loi encourage les investisseurs à acquérir un bien immobilier dans le Patrimoine Français.

Cette loi vise les particuliers fortement imposés. Elle offre des avantages fiscaux considérables.

La Location Meublée attire de plus en plus de particuliers souhaitant engager un placement dans la pierre.

Cette loi vise à promouvoir le développement économique des territoires d'outre-mer et l'investissement immobilier.

Cette loi propose une réduction d'impôts de 18% du montant investi. L'objectif est de devenir propriétaire d'un bois.

Le PERP est un plan d'épargne permettant de garantir un revenu régulier une fois l'âge de la retraite atteint.

Cet investissement permettra de bénéficier d'une réduction d'impôts sur le revenu pour le contribuable.

FCPI et FIP sont des placements (fonds communs de placement dans l'innovation et d'investissements de proximité).

Investir dans une SOFICA permet de contribuer au financement du cinéma Français et de l'audiovisuel.

Comment fonctionne la location meublée ?


La location meublée n'est pas un régime fiscal comme accoutumé, mais il est soumis à l'impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux. Souvent liée à la location dite « nue », la location meublée est moins soumise aux taxes que ce dernier, et apporte de ce fait, des bénéfices considérables. En revanche, ce type de location exige davantage d'obligations prévues par la loi et les réglementations.

Pour pouvoir considérer son bien comme « location meublée », il sera indispensable que ce dernier présente les éléments suivants :

  • Une literie, ainsi qu'une couette ou une couverture
  • Un système permettant d'occulter les fenêtres dans les chambres
  • Des plaques de cuisson, un four ou four micro-ondes
  • Un réfrigérateur disposant au minimum d'un freezer
  • La vaisselle nécessaire à la prise d'un repas
  • Des ustensiles de cuisine essentiels à la réalisation de repas
  • Une table et des chaises
  • Des rangements
  • Des luminaires
  • Des accessoires d'entretien ménager
L'idée étant que le locataire des lieux puisse disposer du confort nécessaire répondant aux exigences de la vie courante.

La Location Meublée attire de plus en plus de particuliers souhaitant engager un « placement dans la pierre ». En effet, engouement parfaitement justifié, ce dispositif est intéressant pour se constituer et diversifier son patrimoine, mais aussi pour profiter d'une fiscalité adoucie.

Pourquoi défiscaliser en 2019 avec cette loi ?


Le propriétaire ayant investi dans l'immobilier à but locatif meublé, pourra choisir entre deux options de régime, le régime BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux), et le régime réel. Ces deux statuts apportent une défiscalisation différente.

Le régime BIC implique l'application d'un abattement forfaitaire de 50% sur les recettes afin de déterminer le revenu imposable, et est attribué automatiquement si aucune démarche n'est effectuée. Le plafond réglementant le chiffre d'affaires a d'ailleurs augmenté, et restera sur sa lancée en 2019. Ce dernier étant auparavant limité à 33.200 € est désormais de 70.000 €. Bien qu'intéressant à première vue, il est pourtant moins bénéfique d'un point de vue fiscal pour certains investisseurs.

Concernant le régime réel, il intègre toutes les charges pour neutraliser l'impact fiscal de l'opération dans certains cas. Ce dernier permet au propriétaire de déduire des loyers les intérêts d'emprunt ainsi que les frais de charges et d'investissement. Il permettra aussi de générer un amortissement comptable du bien non négligeable. Les démarches administratives et comptables étant plus complexes et réglementées, il s'avère souvent nécessaire de s'entourer d'un expert-comptable qui offrira un accompagnement d'exception pour la bonne élaboration de ces tâches.

Lorsque les impôts appliqueront le prélèvement à la source (à compter du 1er janvier 2019), les propriétaires ayant perçu des bénéfices sur les revenus de location meublée perçus en 2018, n'auront pas d’impôt à payer. En revanche, il faudra toujours établir une déclaration dans le cadre du régime réel. Les travaux et achats effectués en 2018 dans le cadre de l’activité Loueur Meublé Non-Professionnel seront bien déductibles, et en cas de déficit celui-ci sera toujours reporté sur les futures années.

Qui est concerné par cette loi ?


Tout contribuable désireux d'obtenir certaines réductions sur l'impôt sur le revenu, est en droit d'investir dans des biens immobiliers à but locatif et profitant de la désignation « meublée ». Il dépendra du propriétaire d'opter pour une location vide ou location meublée. Ce particulier pourra amortir son investissement fiscal dans le temps et défiscaliser les revenus issus de ce placement. Cela lui permettra donc de placer une partie de son épargne, et optimiser ainsi son projet.

Les avantages de la location meublée ?


Le propriétaire bailleur qui propose à la location ce bien profite de certains avantages appréciables. Ce qui explique la croissance de l'intérêt porté à ce type de location. Parmi ces bénéfices, le propriétaire retrouvera :

  • Une solution attractive sur le marché de l'immobilier. Les propriétaires proposant des biens meublés, n'ont en général pas de mal à trouver des locataires intéressés ;
  • Un loyer plus élevé. En effet, généralement, les loyers des biens meublés, en raison de leurs prestations, sont plus élevés que les logements « nus », on estime que ce loyer est de 10 à 30% plus important ;
  • Des avantages fiscaux considérables. Les propriétaires-bailleurs de biens immobiliers meublés profitent de plus de bénéfices que ceux proposant des logements vides ;
  • 2 mois de dépôt de garantie. C'est ce qu'un propriétaire est autorisé à demander au locataire, alors que pour une location nue, les législations limitent cette demande à 1 mois.

Les inconvénients de la location meublée ?


L'inconvénient principal que rencontrera le propriétaire concernant la location meublée, est un investissement plus important, tant les dispositions nécessaires à sa désignation sont nombreuses et obligatoires. À savoir aussi que ce type de logement dispose d'un bail de location d'une durée minimale d'une année, et pour un étudiant sa durée se limite à 9 mois. Les logements vides, quant à eux, ont un délai de 3 ans à respecter. Détail qui implique de plus nombreux changements de locataires, et donc, l'élaboration des papiers administratifs fondamentaux qui s'ensuivent.